Brockton, MA
radyopotab@gmail.com
774 - 257 - 3371

La colonisation française

C’est alors que les Français s’intéressèrent à la partie occidentale de l’île. À la fin du XVIe siècle, des flibustiers français s’établirent sur l’île de la Tortue, au nord. Ils tentaient périodiquement des incursions sur la « Grande Terre ». Vers 1625, des Français occupèrent la partie Nord-ouest et gagnèrent progressivement vers le sud. Ces boucaniers chassaient les animaux devenus sauvages et vendaient viande et cuir.

Sous l’impulsion, en métropole du ministre Colbert et sur place du premier administrateur, Bertrand d’Ogeron, nommé en 1665, la colonie prit son essor. Sa première capitale, Le Cap-Français, fut fondée en 1670. À la suite du traité de Ryswick (1697) et de l’accession au trône espagnol d’un petit-fils de Louis XIV, le Duc d’Anjou Philippe de France (1700), l’Espagne abandonna ses prétentions à la possession de l’ensemble de l’île et toléra la présence française dans sa partie occidentale. Celle-ci devint alors la colonie de Saint-Domingue (la future Haïti). Le traité d’Aranjuez (1777) officialisa la souveraineté de la France sur ces territoires.

Les premières cultures furent le tabac, puis l’indigo. Elles réclamaient de la main d’œuvre sur d’assez petites surfaces : des Français fuyant la misère s’engageaient pour 3 ans à travailler sans salaire, puis s’installaient sur de nouvelles terres. La traite négrière se développa également et s’institutionnalisa. C’est en 1685 que fut édicté le Code noir, une ordonnance de Louis XIV destinée à réglementer le régime de l’esclavage en précisant les devoirs des maîtres et des esclaves. Les dispositions pourtant sévères de ce code envers les esclaves furent souvent amplifiées. L’obligation d’évangélisation fut négligée, de même que le repos obligatoire du dimanche. Aux peines capitales prévues dans certains cas, les colons ajoutèrent des sévices et mutilations. L’Africain était marqué au fer rouge, changeait de nom, abandonnait ses habitudes vestimentaires et sa langue.

La colonie de Saint-Domingue devint la plus riche des Antilles. À la fin du XVIIIe siècle, la valeur de ses exportations dépassait même celle des États-Unis. Cette prospérité reposait principalement sur le sucre et le café qui avaient supplanté les premières cultures et nécessitaient de grandes plantations. Au milieu du XVIIIe siècle, Saint-Domingue comptait quelque 200 000 esclaves1. En 1789, à la veille de la Révolution française, elles employaient près de 500 000 esclaves noirs pour 32 000 Blancs et 28 000 gens de couleur libres (mulâtres et affranchis).

Please follow and like us:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

X